Palanga

Si on demandait à un Lituanien où il pense passer au moins une partie de ses vacances, on entendrait sans doute cette réponse-ci – à Palanga. Il faut tout de même avouer que ces derniers temps Palanga a cédé sa place aux stations balnéaires de Turquie que les Lituaniens préfèrent surtout pour les prix moins élevés. Mais Palanga reste toujours la capitale de vacances des Lituaniens, et peut-être pas seulement d’eux, puisque leurs voisins aiment aussi y passer les vacances.

Pourquoi est-elle si charmante et particulière ? Il y a une chanson lituanienne appelée « Palanga močiučių » (Palanga des grand-mères) et devenue un schlager. Dans cette chanson on se moque d’une des occupations les plus principales des habitants de Palanga, c’est la location des chambres. Chacun, venu à Palanga, verra stationner sur l’accotement une foule des locateurs qui proposeront des chambres à louer dans leurs appartements. Le plus souvent, ce sont les vielles dames et c’est pour cela qu’on chante « Palanga močiučių ».

Malgré cette chanson ironique, Palanga attire des touristes non seulement par ses merveilleuses plages de sable… Dans cette ville il y a quelques musées, parmi lesquels le Musée de l’ambre – un des plus populaires de Lituanie. La légende de Jurate et Kastytis raconte sur les palais d’ambre au fond de la mer où habitait la déesse Jurate. Elle est tombe amoureuse du pêcheur Kastytis. C’est à cause de cet amour que le dieu Perkunas se fâche, détruit le palais d’ambre, tue Kastytis et attache Jurate aux ruines du palais. Alors Jurate ne cesse pas d’y sangloter et la mer dégorge ses larmes sur les côtes. Ces larmes sont des morceaux de l’ambre, purs comme l’amour de Jurate et Kastytis.

On dit que l’ambre c’est l’or de Lituanie. Le musée de l’ambre est fondé dans le palais admirable de comte Tiskevicius. Toute la parenté portant ce nom est très ancienne et honnête. Dans le musée il y a une des plus grandes expositions de l’ambre au monde : à partir des plus petits et simples morceaux d’ambre jusqu’aux pièces de valeur avec des inclusions dont la plupart sont les insectes fermés à jamais dans de jolis cercueils d’ambre. Il existe plusieurs légendes sur une des plus grandes valeurs du musée - la pierre du Soleil. C’est un morceau de l’ambre en forme ronde, grand comme la tête d’un homme. Il y avait des voleurs qui essayaient plusieurs fois de voler cette pierre du musée. Et une fois elle a était volée, mais les voleurs, eux-mêmes, l’ont rendue au musée.

Chaque âme romantique adore le symbole de Palanga, le pont sur la mer. Les amoureux s’y donnent des rendez-vous, les vacanciers s’y rendent pour voir le coucher du soleil, les pêcheurs aiment y attraper les poissons et pour les cyclistes c’est une excellente piste avec une belle vue sur la mer. Bref, c’est un endroit attirant dont se souviennent tous les visiteurs.  

En 2003 la plage du parc botanique de Palanga a obtenu le certificat du Drapeau Bleu. Cela veut dire que la plage satisfait aux exigences de la sécurité et de la qualité d’eau. Tout de même, chaque année  la mer creuse impitoyablement des centaines de tonnes de sable clair de Palanga, détruit les dunes et c’est pour cela qu’apparaissent des problèmes d’administration des plages.

A part la mer et ses magnifiques plages, Palanga peut être fière de son parc botanique, l’un des plus beaux en Lituanie. Le parc se trouve dans le bois de Birute. Selon la légende, le grand duc de Lituanie Kestutis avait entendu parler d’une fille vierge et honorée comme une déesse, Birute, et il lui a demande de l’épouser. Birute avait donné la parole aux dieux de garder sa virginité. Alors Kestutis l’enleve et l’épouse. Après la mort du duc, Birute rentre à Palanga et a sert les dieux.

Dans le folklore lituanien il y a encore une belle légende maritime sur la reine des couleuvres qui s’appelait Egle (le Sapin en français). Après la baignade dans la mer Baltique, la jeune fille Egle trouve une couleuvre dans ses vêtements. La couleuvre au nom de Zilvinas demande de l’épouser en échange des vêtements. Egle accepte. Changé en jeune et bel homme, Zilvinas épouse Egle et leurs quatre enfants Azuolas (le Chêne), Uosis (le Frêne), Berzas (le Bouleau) et Drebule (le Tremble) naissent. La famille habite sous la mer. Un jour la mère et ses enfants vont voir leurs proches. Les frères de Egle font sortir par traîtrise Zilvinas et le sabrent. Egle en souffre tellement qu’elle damne ses enfants et tous sont transformés en arbres : sapin, chêne, frêne, bouleau et tremble. Aujourd’hui la sculpture de Egle et Zilvinas décore le parc près du musée de l’Ambre.

Et finalement, la célèbre rue J. Basanaviciaus. Cette rue du centre, très animée et bruyante, pleine de cafés et restaurants va jusqu’au pont de Palanga. En été ces restaurants attirent toute sorte de musiciens et chanteurs où ils présentent leurs œuvres. Les vacanciers qui veulent être au calme, prennent la piste cyclable menant par l’avenue de l’Amour jusqu’à Sventoji – une petite ville bien plus calme que Palanga.